UNITA : MERCI PRÉSIDENT. ADIEU L’AMI BEN-BEN

Ben est revenu.

Arlindo Chenda Pena « Ben Ben ».

20 ans plus tard…

Général (à l’époque fatidique) chef d’état-major adjoint de la FAA (hypothétiquement armée nationale et non MPLA), loin de la guérilla. Evacué pour maladie, il mourrut en Afrique du Sud.
Par : William Tonet

  .. un veto du régime ??..
  ..Qui sera responsable ?..

En tant que citoyen à part entière, la famille avait pensé à ramener le corps, comme tout citoyen, mais de manière inattendue, le régime avait opposé son veto au prétexte… Avec ce mauvais geste, il a également amené sa femme Vide à la mort

Emprisonner un corps inerte dans un congélateur dans un pays étranger, ne me souviens pas du diable, mais les démons, vestibulairement, pas coibiram imputer les frais à la face de l’Etat à cette bestialité quand Ben Ben ne peur rien ni personne …

Combien le pays a-t-il dépensé ? Qui sera responsable de cette violence monstrueuse, que seuls des esprits démoniaques et sous-développés peuvent pratiquer ? 

Je n’accepte pas la thèse de cette pensée pour être liée aux Noirs, aux Africains. Non ! Je suis noir, angolais et africain et je ne pense pas, je n’ai jamais pensé, je ne penserai jamais à un bâtard.
Quiconque emprisonne un mort et a peur de lui n’est pas un être humain normal. C’est un dément, un sous-développé, un bâtard, un méprisable sur la face de la terre.

    .. Joao Lourenço rendant hommage au général « BEN-BEN ». Merci Président. Le Seigneur, dans cette affaire, a bien agi. Félicitations. 
..pas d’explication plausible.. BARBARIE..

Il n’y a pas d’explications plausibles, le MPLA pour une telle barbarie contre les femmes, les enfants, la mère, les frères et la famille du défunt, empêchant la réalisation, selon la culture angolaise des personnes Ovimbundu, du rituel sacré, post-mortem.
Aujourd’hui, lorsque le Président de la République, João Manuel Gonçalves Lourenço se livre à la restauration de la justice, ramenant la charge de l’État, mon ami, le général Arlindo Pena Ben Ben à la terre qui lui a donné naissance à, sali avec mon subconscient. Cela mérite mes applaudissements.

Merci au Président. Le Seigneur, dans cette affaire, a bien agi. Félicitations  

    Merci au Président… Félicitations

Ben Ben est mon ami intime, souvenez-vous que je lui ai toujours la reconnaissance, car à Jamba, alors qu’en 1989 j’ai été arrêté, accusé d’espionnage du KGB (police politique russe) et DISA (police politique du MPLA), aucun de mes amis, qui étaient déjà là, n’ont fait un geste de solidarité.

Quand il a eu connaissance de la situation, il est parti de nuit, de son quartier général à Licua, pour Jamba, et avant d’arriver au bureau du haut commandement de l’UNITA, il s’est rendu dans le département où le BRINDE (police politique de l’UNITA) m’interrogeait.

Il m’a salué et m’a retiré de la salle et m’a dit:  » Vous devez d’abord prendre une photo,..si quelque chose devait arriver, «  et a appelé sa femme Vide, pour qu’on s’affiche les trois. Mémorable…
Ce fut un moment de détachement de ma part et à ce moment-là, j’ai donné une nouvelle dimension à la notion d’amitié, car

cet acte a aidé le BRINDE et Savimbi à réfléchir avant même que la commande express n’arrive 3 jours plus tard. , du secrétaire d’État et du congrès américain, après les interventions diligentes de l’époque du directeur de Voice of America, Greg Pirio, pour ma libération immédiate.

Que se serait-il passé 24 heures plus tard ?

  … mon amitié avec Ben Ben s’est renforcée … j’ai commencé à couvrir toutes les zones de conflit, conquises par l’UNITA sans restriction …

À cette date, mon amitié avec Ben Ben s’est renforcée et j’ai commencé à couvrir toutes les zones de conflit, conquises par l’UNITA sans restriction, jusqu’à une nouvelle réunion le 15 mai 1991, par le biais du général Mackenzie, dans les forêts de Moxico, où nous signerions les premiers accords de paix de l’Angola, pour mettre un terme aux combats sanglants entre les troupes militaires des FALA et de la FAPLA, afin de conquérir de nouvelles positions.

Le 19 mai 1991, les premiers accords de paix entre les soldats de l’UNITA (FALA) et du MPLA (FAPLA), négociés par un angolais, William Tonet, ont été signés avant les accords de Bicesse.

Il était agréable de voir Ben Ben et Higino Carneiro, ils paraphent les accords du Haut Kauango (Luena, Moxico) 19 points, qui ont établi pour la 1ère fois, le téléphone rouge parmi les leaders : Dos Santos, Savimbi; patrouilles conjointes, etc…

Pour tout cela, Ben Ben, je dois vous dire, 20 ans après votre incarcération (1998-2018), en Afrique du Sud, sous le régime MPLA / Dos Santos, un peu plus comme Mandela, qui avait 27 ans de pardonner à vos bourreaux.

Mettez-vous en paix dans votre magnanimité et reposez en paix dans le pays où vous êtes né et sont enterrés vos ancêtres, sous le regard silencieux de Dieu le Père et de votre vigoureuse mère, famille, amis et étres chers…

Je viens vous dire : à bientôt l’Ami !..

Par : William Tonet

Photo Le journaliste William Tonet était le médiateur des accords du Haut Kouango, souscrit par les généraux Higino Carneiro et « Ben Ben ».

  Samedi le 15 Septembre 2018

Traduction du portugais en français : jinga Davixa – E_mail : contact@franceangola.com – (vérifications en cours)

Partagez cet article

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager
Partager