PROCÈS : LA COUR SUPRÊME ORDONNE LA LIBÉRATION DES 3 JEUNES DE MALANJE…

   Bornito de Sousa, Vice président de la République d’ Angola…

La Cour suprême a publié hier, 16/07/2018, les 3 jeunes arrêtés lors de l’événement principal de la célébration de la Journée de la paix, le 4 Avril, dans la province de Malanje, quand un groupe de citoyens, pour la plupart des chauffeurs de taxi moto, a profité de l’occasion pour demander la démission du gouverneur provincial, Norberto dos Santos. 

   Bornito de Sousa, Vice président

Par Pedrowski Teca 

Ce sont les jeunes Afonso Simon Muatxipuculo de 19 ans, António Joaquim Fernando, 21 ans, et Justin Horacio Valente, 22 ans, jugés et condamnés à des peines d’emprisonnement de 5 et 7 mois, accusés d’avoir participé à actes de lapidation du cortège du vice-président de la République, Bornito de Sousa, qui a présidé l’acte central de la journée de la paix au pavillon de l’Arena.

La libération des jeunes est survenue suite à une décision de la Cour suprême qui, après avoir fait annuler le processus d’examen,  l’arrêt de la Cour provinciale de Malange, ordonne la libération immédiate des 3 jeunes prisonniers dans la prison de Damba.

Au moment de l’arrestation, Bornito de Sousa avait déclaré que les actes de lapidation sont un affront aux autorités, menées par des citoyens qui réclamaient le départ du gouverneur de la province de Malanje, ne reflète pas le sentiment des personnes de malanje

  Bornito de Sousa, .. hué ?..hué ?..
José Patrocínio, association Omunga

Il convient de noter que la libération des trois jeunes gens était due en grande partie à l’intervention de l’Association Omunga, située à Benguela, qui ne mesurait pas les forces dans la revendication de la liberté des prisonniers.

Le Omunga non seulement déménagé dans la province de Malanje, où il a eu des contacts avec la famille des prisonniers, mais a également visité les jeunes dans la prison de Damba, qui est distante d’environ 50 kilomètres de la ville de Malanje, et organisé des réunions avec plusieurs autorités centrales à Luanda.

Selon Omunga, les 3 jeunes, dont 2 étudiants, se trouvaient dans le pavillon de l’arène pour différentes raisons, ne faisaient pas partie des manifestants ou même n’étaient pas des chauffeurs de motos.

   José Patrocínio, association Omunga…
  Omunga a déménagé.. à Malange…

« Les étudiants garantissent qu’ils ont été impliqués dans l’activité en raison de la mobilisation de leurs écoles. Malheureusement, la police nationale a arrêter un  « coupable » et les condamner   

Craignant que le problème ne prenne de plus grandes proportions, s’ils arrêtaient les chauffeurs de motos, considérant que le temps était très tendu, ils ont préféré détenir et condamner ces jeunes », a-t-il dit à Omunga.

L’association, dirigée par José Patrocínio, se réjouit de la libération des jeunes.

       association Omunga

« Heureusement, la Cour suprême a réexaminé la situation et rétabli la légalité« , a-t-il déclaré. 

Partagez cet article

le 17 juillet 2018

Traduction du portugais en français : jinga Davixa

Partager
Partager