PROCÈS : TOUJOURS ET … ENCORE ?.. UNE JOURNÉE AU TRIBUNAL … POUR MARQUÈS !..

Aujourd’hui, je suis retourné au tribunal. Le juge n’était pas d’humeur pour les blagues, me réprimandant pour ma critique publique de ce qui avait été décidé lors de la session précédente.

Le juge Josina Ferreira Falcão s’est prononcé aujourd’hui contre la demande faite la semaine dernière par le plaignant, l’ancien procureur général João Maria de Sousa.

A 11 heures, l’avocat du général Maria de Sousa a demandé un autre report car son client devait se rendre au Portugal.

le général Maria de Sousa…
..privileges &  immunités ?..

Le 16 avril, l’avocat João Pedro avait invoqué des privilèges et immunités spéciaux pour justifier le non-lieu du procès du général Maria de Sousa. Il avait également demandé que les procédures soient transférées au Cabinet du Procureur général. Le juge avait statué en faveur des demandes. 

Cependant, vendredi après-midi, le tribunal a appelé pour m’informer que le général Maria de Sousa avait demandé un autre report .Puis, lundi après-midi, le tribunal m’a informé que le procès se déroulerait le lendemain matin à la cour provinciale de Luanda.

Le juge a utilisé la plupart du temps pour nous enseigner une «leçon» sur la primauté du droit. Elle a souligné à maintes reprises quelle ne permettrait à personne de remettre en question son indépendance. Elle a tenté de montrer à quel point elle était compétente en faisant des allers-retours entre les codes pénal et civil pour citer les articles qui l’ont amenée à «interroger» l’ancien procureur général devant le bureau du procureur général. « Pas le procès », elle a insisté.

Une fois de plus, se présentant comme strictement respectueuse des lois, elle a dit que si le demandeur n’avait pas voyagé au Portugal, nous nous serions rendus au bureau du procureur général pour «interroger» le demandeur.

João Maria de Sousa..irrespectueux envers le tribunal ?..

Ensuite, elle a lu sa décision contre la demande de remise, qu’elle a qualifiée d’irrespectueuse envers le tribunal.

Elle a également renoncé à la nécessité d’interroger le demandeur, et il n’a donc plus besoin de se présenter devant le tribunal.

Mon avocat, le brigadier Horácio Junjuvili (à la retraite)…

Mon avocat, le brigadier Horácio Junjuvili (à la retraite), a dénoncé les tactiques dilatoires du plaignant et a demandé que l’affaire soit rejetée par manque d’intérêt de la part de la même personne qui a déposé la plainte. J’ai remarqué que presque rien de ce que mon avocat dit d’une nature critique ne se retrouve dans les dossiers judiciaires. Il a insisté sur le fait que, dans l’intérêt de la vérité, je n’abandonnerais pas le droit de faire entendre le demandeur devant le tribunal.

Eh bien, le juge a dit, elle n’avait aucun moyen de le traduire en justice, sauf si elle a émis un ordre coercitif pour quil soit traîné là. Finalement, la juge s’est réjouie de l’une de ses blagues et a dit qu’à partir du moment où elle donnerait un tel ordre, le général João Maria de Sousa ne reviendrait pas du Portugal.

Le demandeur en fuite est tout avoir.

Le demandeur en fuite ??..

Mon avocat a insisté. Le juge a répondu que c’était à moi de décider si je voulais que cette procédure soit traînée sans fin, et rangée sur son bureau. Elle a précisé qu’il n’y aurait aucune garantie que l’ancien procureur général se présente devant les tribunaux.

Elle avait également passé un certain temps, au cours de sa «leçon», à expliquer que le demandeur et le témoin avaient les mêmes prérogatives. Elle a noté que même si le défendeur pouvait demander que le demandeur soit entendu devant le tribunal, ce dernier avait la possibilité de refuser.

     ..le journaliste Rafael Marques !..

Lorsque le général João Maria de Sousa a porté plainte contre moi et mon collègue Mariano Brás, qui a imprimé mon exposé, il était toujours le procureur général de l’Angola. Il était toujours dans cette position lorsque l’affaire a atterri sur le bureau du juge Josina Falcão pour le procès.

  ..ahurissant ??..

Le comportement de cet ancien procureur général est ahurissant. Il m’a même défié lors d’une interview récente, en me disant comment il me verrait au tribunal et découvrirait combien de courage je devais lui faire face. J’avais déjà dit que dans les yeux je l’appellerai corrompu pendant les procédures judiciaires.

   un condominium privé…

Le juge Josina Falcão a déclaré que mon insistance sur le témoignage du demandeur entraînerait le report de l’audition des témoins le jour suivant. Ce sont les officiers du bureau d’enregistrement foncier dans la province côtière de Kwanza-Sul, qui pourraient clarifier les procédures qui ont conduit le Général João Maria à avoir un titre de propriété pour 3 hectares de terrain en bord de mer pour construire un condominium privé.

   ..a protégé les corrompus. ??..

J’ai écrit, en 2016, qu’il a obtenu la terre par des moyens corrompus. Il a ensuite eu le ministère public chargé de moi avec les crimes d’insulte à l’autorité publique, et l’outrage à un corps de souveraineté en vertu de la loi sur les crimes contre la sécurité de l’Etat. Le dernier était de mentionner que le président jose Eduardo dos Santos a protégé les corrompus.

J’ai fait signe à mon avocat de renoncer à mon droit de confronter le coupable ou le plaignant il semble maintenant être le même dans la salle d’audience, afin que nous puissions poser des questions difficiles aux témoins demain.

    Rafael et Mariano …

Le juge veut que nous payions pour les frais des témoins, pour leur voyage à Luanda, au cas où nous insisterions sur ce qu’elle appelle «le duel» au tribunal entre moi et l’ancien PGR .

L’avocat João Pedro, l’avocat du plaignant, a accepté de payer intégralement leurs dépenses. Nous ne l’avons pas.

Finalement, le juge a eu une autre question urgente. Une interview que j’ai donnée à Radio France International. RFI

Elle a passé quelque temps à chercher l’audio sur son smartphone, et l’a mis fort pour que tout le monde l’entende. Elle était très fâchée de ma méfiance quant à la façon dont la justice est dispensée en Angola, car elle ne voulait pas être mêlée à de mauvaises pommes.

J’ai répondu que je serais heureux de m’expliquer sur le contenu de l’entrevue sur son dépôt d’une plainte pénale.

Elle a répondu qu’elle ne le ferait pas, pour éviter de me faire un souhait.

Eh bien, je ne suis pas un masochiste qui souhaite revenir à ce tribunal pour un autre procès.

 

 

Nous verrons demain… 

Rafael Marques de Morais

 le 24 avril 2018 

Mise en forme & Traduction de l’ anglais en francais : jinga Davixa (corrections en cours )

images, vues d artiste internet

16 pensées sur “PROCÈS : TOUJOURS ET … ENCORE ?.. UNE JOURNÉE AU TRIBUNAL … POUR MARQUÈS !..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager
Partager