ANGOLA : LUNDA-NORTE EST EN DEUIL,.. LE RÉGIME CONTINUE D’ ASSASSINER …

     une ferme privée ?..

La police nationale (MPLA) de Lunda Norte a décidé d’entreprendre une véritable « chasse à l’homme » avec « l’ordre de tuer » le 15 mai 2018 dans la ville du secteur Lukapa, Kalonda, en particulier au sommet sud quartier Tchindja, une zone  ouverte d’extraction manuelle des diamants

  le raid,.. les agents ?..

Dans le raid, les agents ne se sont approchés d’aucun prospecteur, ils ont simplement démoli les positions de combat, tirant indistinctement sur tout ce qui bougeait.

C’étaient des moments de véritable terreur, culminant avec la mort d’un garimpeiro qui était allongé dans une tente, parce qu’il était malade et lorsqu’on l’a approché, il a seulement appelé les agents à ne pas prendre sa motocyclette.

un acte barbare et cruel ?..

En réponse, des tueurs diligents qui sont appelés aussi les agents de la Police nationale, en réponse à la demande ont répondu par une grêle de balles, clouer le corps du citoyen sans défense, né à Saurimo qui, dans la vie a été appelé Henrique Domingos

En réaction, le peuple s’est soulevé contre un autre acte barbare et cruel, en rejoignant tant d’autres, dans une manifestation claire qui n’a rien changé dans les méthodes discriminatoires du régime, malgré la transition dans la présidence présidentielle, exigeant qu’ils prennent le corps, lâche a pris sa vie.

«Personne ne sait comment une police peut tuer un citoyen malade et alité, qui n’a pas de défense.

  une ferme privée ?..

Ce sont des assassins, ces messieurs, et le peuple doit se réveiller, tout faire pour les sortir du pouvoir, car pour continuer, rien ne changera », a déclaré Jonas Tchilinde. 

 a essayé de communiquer avec le commandement provincial de Lunda Norte, mais personne n’était disponible, affirmant même que le porte-parole était à l’extérieur de la province.

       une ferme privée ?..

Plus que toute autre province, le Lunda Norte est le fief des fiefs du MPLA / État. Il fonctionne comme une ferme privée du régimeles esclaves sont encore plus esclaves. 

Rafael Marquès… Diamantes de sangue ?..

C’est une province si riche (diamants) que le régime l’a isolée et l’a presque fait disparaître de la carte. La seule loi en vigueur est celle de la violence imposée par le patron. Et il ne vaut plus la peine de demander l’intervention du gouvernement / président, car c’est ce même gouvernement qui veut que la situation le reste.

24 Février 2018 – 1 mort et plus de 100 arrêtés en manifestation à Lunda était le rapport provisoire du fait ce jour-là le Mouvement Protectorat Lunda Tchokwe lequel a organisé une manifestation pour défendre l’autonomie de la région du diamant.

Selon l’organisation, les arrestations ont commencé avant la manifestation, à l’aube, dans la ville de Cuango, à Lunda-Sul, jusqu’à arriver aux endroits indiqués pour le début de la manifestation, pendant que les manifestants se concentraient.

« A Cuango et Capenda-Camulemba [Lunda Sul], beaucoup ont été ramassés dans leurs propres maisons. Dans Cafunfu [Lunda Norte], la plupart du temps, ont été arrêtés lors de la manifestation «a expliqué au moment où le chef de l’organisation, José Mateus Zecamutchima, se référant également » 8 personnes blessées, dont deux grièvement, parce qu’ils ont été touchés par des balles le feu « .

Selon le président du Mouvement, les forces de sécurité ont ouvert le feu sur quelque 4 000 manifestants à Cafunfo. Les huit blessés ont été emmenés au seul poste de police de la localité, sans recevoir de soins médicaux. L’un des blessés graves, Stephen Aroma, 25 ans, tué d’une balle dans la tête, est décédé à cette station.

Un autre détenu, André Zende, a vu sa maison complètement détruite par la police d’intervention rapide (PIR) après avoir été détenue dans sa résidence. « Un autre citoyen qui est dans un état déplorable est Candido Mwanhende« , dit le président du Mouvement, qui accuse la police d’avoir torturé le manifestant.

 … le peuple s’est soulevé !..

Pendant la journée, la « chasse à l’homme » s’est poursuivie contre tous ceux qui s’identifient au mouvement du protectorat, dans une opération coordonnée entre la police nationale de l’ordre public, la police d’intervention rapide et les forces armées. Des enlèvements ont été signalés par des hommes habillés en civils et censés appartenir au Service national de renseignements (SIE).

Le président du Protectorat Lunda Tchokwe mouvement indique également que la répression de la manifestation « peuple » est lunda un signe que le gouvernement du président João Lourenço est pas prêt à gouverner, en dépit de leurs discours sur le dialogue et la critique écoute: « Le MPLA a une structure hypocrite et aujourd’hui nous n’avons prouvé qu’une fois de plus que Joao Lourenco est l’un des visages de la même pièce. »

    un parti communiste ?..

45 jours à l’avance, nous avons écrit à la Présidence de la République, au Ministre de l’Intérieur et aux gouvernements locaux, mais comme le MPLA est un parti communiste et contrairement aux lois et à la Constitution qu’il a approuvé, nous sommes à nouveau réprimés et humiliés , pour avoir essayé d’utiliser un droit constitutionnel et pour défendre notre propre terre et le droit à l’autodétermination », a déclaré le président du mouvement du protectorat. 

L’organisation réclame depuis plusieurs années l’autonomie de la région, comprenant les provinces de Kuando Kubango, Moxico, Lunda Norte et Sul, affirmant « que la région riche en diamant et en bois ne fait pas partie de l’Angola », sur la base d’un traité signé en 1887 par les autorités coloniales portugaises et règne Mwatiãnvua de [empereur de la région à l’époque], et les provinces de Lunda ont été annexées officiellement à Angola depuis 1920.

Les enfants, les femmes et les personnes âgées n’ont pas été épargnés par « l’action musclée » des forces de sécurité, affirme le Mouvement du protectorat.

Dans les différentes prisons où les manifestants détenus sont dispersés, beaucoup ont été soumis à la torture.

« Il est effrayant comment un corps consacré à la protection de la sécurité publique, nous agissons comme si nous étions des terroristes ou une organisation criminelle », un agent PIR qui a demandé à ne pas être identifié. « C’est vraiment très douloureux de voir comment les gens sont battus, même vont saigner, et nos chefs [chef] sont heureux de voir et d’encourager tout cela. Je quitte la société pour ces pratiques « , a déclaré l’agent.

Cependant, José Mateus Zecamutchima a dit qu’il placerait la question dans les instances internationales en raison des graves violations des droits de l’homme déclenchées par l’Etat angolais, membre du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies.

    le « peuple de Lunda »…

« Nous avons toujours appelé au dialogue. Notre lutte était toujours paisible. Mais le gouvernement a toujours utilisé la force de des armes et d’autres moyens violents contre le «peuple de Lunda». Après cela, nous n’avons pas d’autre choix que de déposer une plainte auprès des Nations Unies et de l’Union européenne, ainsi qu’avec l’Organisation de l’unité africaine », a-t-il déclaré.

Photos internet

le 16 mai 2018

Partagez cet article

Traduction du portugais en français : jinga Davixa

17 pensées sur “ANGOLA : LUNDA-NORTE EST EN DEUIL,.. LE RÉGIME CONTINUE D’ ASSASSINER …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager
Partager