ANGOLA : Paix et réconciliation nationale, 16 années plus tard,.. une kleptocratie dégoûtante… – par José Marcos Mavungo

   S.O.S angola !…
   S.O.S angola !…

 Demain, le 4 avril 2018, sera la Journée nationale de la paix et de la réconciliation en Angola. À cette date, il y a 16 ans, le gouvernement du MPLA et l’UNITA ont signé l’accord de paix à Luanda. Le Gouvernement et l’UNITA ont solennellement pris l’engagement envers le peuple angolais, que la guerre était finie et qu’une ère de sécurité et de reconstruction a commencé.  
Par : José Marcos Mavungo (*)

.. un chantier de construction ?..

Pour assurer, l’Angola vivra un boom économique grâce au pétrole (2002 – 2012); et on entendra souvent à chaque instant et acte discursif que l’économie du pays était «robuste» et que l’Angola était devenue «un chantier de construction». Cette expression deviendra un refrain prononcé avec fierté et vanité par la classe politique au pouvoir. 
Les entités envaidecidas ont prouvé l’immédiateté et une hypertrophie incarnarão progressive du tertiaire et toutes sortes de folies le pouvoir absolu et le culte chef, le féodalisme et la dictature de la majorité, le manque de transparence et de la culture du droit, instincts politiques et militaires pour vaincre la raison légale, la violence et le crime. 

José Marcos Mavungo, militant des droits de l’homme … avait aussi été emprisonné à cabinda…
   la famine à Cunene…

Au point qu’ils finiront par marginaliser 2 éléments sine qua non pour le développement du pays:

1) L’établissement d’un véritable Etat de Droit Démocratique, avec des institutions fortes qui ont résisté aux passions individualistes et aux intérêts partidocratiques;

2) Une production domestique qui devrait soutenir la robustesse de l’économie, en particulier les autres activités productives (agriculture, industrie et élevage), et réduire ainsi la dépendance au pétrole.

   ..une kleptocratie dégoûtante ?..  ..une kleptocratie dégoûtante ?.. ..une kleptocratie dégoûtante ?.. ..une kleptocratie dégoûtante ?……une kleptocratie ?..
..une école pour enfants ?..
..une kleptocratie dégoûtante ?..

Aujourd’hui, en Angola, il y a une période de vaches maigres, une situation d’instabilité sociale, une paix précaire. Le pays est façonné par une dérive de la corruption, prenant la forme d’une kleptocratie dégoûtante, qui réduit la population à une vie chaotique et indigne. À mesure que les disparités de revenus augmentent de jour en jour et que les niveaux d’extrême pauvreté augmentent, une grande partie de la classe politique dirigeante vise des barreaux, répond aux allégations de corruption et de détournement de fonds publics. 

..une kleptocratie dégoûtante ?..
 …école pour enfants !..

Aujourd’hui, l’Angola est le paradoxe de la plupart des gens qui vivent dans la pauvreté dans un pays potentiellement riche en valeurs économiques intéressantes, mais ces dernières années de paix et de gouvernance du MPLA, l’état de 70% de la population de mener une vie avec moins de 2 dollars $ par jour. Le citoyen est habité par le sentiment que la paix ne remplit pas son ventre et que la justice sociale est loin d’être une réalité en Angola.

Les hommes du régime «en place» ont oublié au cours des 16 dernières années que le discours sur la paix n’est pas synonyme de l’existence d’une paix de fait.

  ..une kleptocratie dégoûtante ?..
  Jean-claude Bastos & Zénu dos Santos …

Et ils regardaient  la vie quotidienne comme si la corruption, la pauvreté, l’injustice, les faiblesses du système judiciaire, le despotisme féodal ne menaçaient pas la paix.
Ils n’ont pas pris en compte que « la paix sera l’oeuvre de la justice, et le fruit de la justice sera la paix pour toujours » (Is 32:17).

Par : José Marcos Mavungo (*)

 le 03 avril 2018

Mise en forme & Traduction du portugais en français : jinga Davixa

Partagez cet article

(*) Activiste des droits de l’homme.

21 pensées sur “ANGOLA : Paix et réconciliation nationale, 16 années plus tard,.. une kleptocratie dégoûtante… – par José Marcos Mavungo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager
Partager